Circe / Landfall

A man has washed up in the lagoon. Mud covered and tangled in weeds, he lies in a fever.

Elle n’a jamais soigné un étranger. Les gens des villages voisins viennent la voir pour des remèdes. Elle répare les os cassés, soigne les plaies et les égratignures. Une fois, elle a même dû amputer un avant-bras infecté. Elle est plus à l’aise avec les blessures qu’avec les maladies.

As she carries him, he raves, claiming that his men have been turned into pigs by some strange sorcery. She assumes he has been shipwrecked. She knows that no one else has washed up in the marshes along the shore.

Elle s’aperçoit bientôt qu’il erre et se promène dans son sommeil. Elle le trouve à la fenêtre, dans le potager; une fois, il s’aventure même jusque dans la baie rocheuse de la source. Elle ne peut pas être avec lui en tout temps, et la crainte qu’il s’égare jusqu’au marécage, ou qu’il s’aventure dans la source et se noie, ne la lâche jamais…

Using movement, text and song, Circe/Landfall investigates the possible relationships between contemporary theatrical expression and choreographic composition. The texts of Circe/Landfall are a re-imagining of the fragment Circe from Homer’s Odyssey. The movement vocabulary draws on the partner sensitivity and combat games of the Chinese martial arts and the composition of the performance is structured using the ideas of alternation and repetition found in early sacred and secular music, east and west.

Entremêlant le mouvement, le texte et le chant, Circe/Landfall explore les relations possibles entre l’expression théâtrale contemporaine et la chorégraphie. Les textes de Circe/Landfall sont une réinvention de fragments du récit de Circé dans l’Odyssée d’Homère. Le vocabulaire corporel quant à lui repose d’une part sur l’écoute complice des partenaires entre eux et d’autre part sur les jeux de combat tirés des arts martiaux chinois. La composition du spectacle s’appuie sur les notions d’alternance et de répétition que l’on retrouve dans la musique séculaire et sacrée, orientale et occidentale.

Conceived and Directed by Daniel Mroz
Monitor, Tedd Robinson
Lighting by Paul Auclair
Texts by Michael Geither and Daniel Mroz
Dramaturge, Dominique Lafon
French Translation by Emmanuelle Lussier Martinez with Dominique Lafon
Performed by Brandon Groves, Tracey Guptil, Mary Catherine Jack, Colin Lalonde, Gabrielle Lalonde, Emmanuelle Lussier Martinez, Katelin Richards and Amelia Schembri.

Performed in June 2010 at the Canada Dance Festival, 3 presentations, 160 spectators.

Click for video: